Tesro TS22

Pistolet Tesro TS22

Présentation

Article paru dans Cybertir par Christian Raynaud 18/4/2006

 

Dans un marché incontestablement réduit, on pourrait se demander s’il est utile de sortir un pistolet de tir sportif de plus. Notre réponse est : OUI, s’il est suffisamment innovant dans les 2 domaines essentiels que sont la créativité ergono-mécanique (inventer un nouvel instrument de sport) et la méthode de fabrication (ce que permettent aujourd'hui les technologies).

Nous reprendrons les arguments de l’usine dont nous avons pu vérifier la réalisation en y ajoutant quelques commentaires.

Stabilité et uniformité de la construction, grâce à des procédés de fabrication numériques, assurent la parfaite interchangeabilité des pièces de rechange. La même modernité se retrouve dans le choix des matières premières et des tolérances devenues très étroites.

Le boîtier complet  des TESRO est fabriqué par fraisage dans la masse d’un aluminium spécial, très dense et résistant.  Après le traitement des surfaces, le corps du pistolet sera recouvert d’une couche anti-usure dite Harteloxal. L’apparence lisse et dure de l’ensemble est d’un très bel effet.

Une seule vis longitudinale (à l’instar du Pardini) assemble les grandes composantes du pistolet dont le positionnement est garanti par des rampes de montage qui s’imbriquent sans ambiguïté.

La culasse est en alliage d’acier avec traitement spécial. La conception du mouvement de cette pièce fait qu’elle n’est soumise qu’à des contraintes longitudinales afin d’en garantir la longévité.

Les ressorts récupérateurs, symétriques de l'axe du mouvement,  vont chercher leur appui au fond de longues percées.

Afin d'amortir au mieux le choc inévitable à la fin du recul, des petits ressorts sont placés concentriquement aux autres et maintenus par une sorte de pâte silicone. Une question: qu'adviendra-t-il de ce produit après des milliers de coups, le refaire?

Cette culasse pèse 136 gr., soit exactement le poids d'une culasse de Pardini SP.

L’axe du canon mais surtout ceux des ressorts récupérateurs sont très bas sur la main : le couple de la rotation au départ du coup en est réduit d’autant.

Le chargeur est disposé en avant de la poignée. La grande masse de bois de celle-ci est donc facile à adapter de manière ergonomique. Ce principe existe chez Walther depuis plus de 40 ans, on le retrouve chez Pardini après l’avoir vu dans les -malheureusement- très éphémères PATRO.

Pour permettre l’orientation de la ligne de mire à la morphologie et aux habitudes du tireur, le système mécanique entier peut être orienté dans la poignée d’environ  ±7 ° dans le plan horizontal.

Pour limiter le recul et, surtout, les vibrations parasites à la fermeture de la culasse, ce sont 2 petits cylindres coulissant sous le canon qui jouent de leur inertie.

Ces masses mobiles ne peuvent être ôtées facilement parce que la collerette du tube de canon emmanchée dans le fourreau les retient.

En option, le contrepoids à balancier RDS-70 réduit particulièrement bien le cabrage. La cinématique en est tout à fait innovante et efficace. Toutefois, l’ensemble du pistolet s’en trouve alourdi de presque 150 gr. ! Cependant, un poids inerte de la même masse réduirait moins le recul et ralentirait même la reprise de la visée suivante par le fait de son inertie. La masse mobile du RDS (environ 70-80 gr.) est munie d’un ressort de rappel et de petits  tampons en O-ring atténuateurs de chocs.

Ainsi équipé, le TESRO est on ne peut plus impressionnant!

La position du centre de gravité semble être avancée de très peu avec le montage du RDS. Cependant, l'effet produit par cette différence en termes de sensation dans la main est amplifié par le poids total ainsi largement majoré (CG RDS).

La pente de crosse de 125° est celle la plus généralement adoptée pour les pistolets modernes.

La modernité du Tesro s'exprime jusque dans son mode d'emploi: le carnet imprimé livré est en allemand et c'est un CDRom qui contient les traductions anglaises et françaises.

À l'ère de l'informatique et tant qu'à faire, l'usine s'est offerte les services d'un infographiste pour plusieurs images en 3D tel cet éclaté.

Enfin, et c’est une petite attention (option payante !) à ceux qui aiment cliquer la hausse selon qu’ils visent une cible de précision ou de vitesse : c’est le guidon qui dispose ici d’une rampe et d’un système de maintien à clics spécialement destinés à cet usage.

Essais de tir

Immédiatement, le TESRO se révèle très doux. Si le cabrage au départ du coup existe bien (c'est tout de même une .22 LR qui part), le recul n'est pas agressif dans la main et cela rassure le tireur.

La détente, magnifiquement conçue et réalisée avec une très haute précision, est parfaite de netteté; Rien ne gratte ni n'accroche jamais.

La crosse, presque en plein bois vu le moignon de carcasse qui suffit à la fixer, peut être travaillée et adaptée à loisir. Assez mince au départ, il faudra sans doute ajouter de la pâte à bois pour certaines grandes mains! 

Au banc, les cartouches de toutes marques et prix fonctionnent très bien. Seules les "SK Standard Plus" nous ont causé quelques problèmes d'éjection par une faiblesse de charge ( 2 sur 100 coups).

Sur cible de précision C50 à 25 m, et ce sera notre seule réserve, les premiers résultats furent un peu décevants. Réflexion faite, il est apparu que le suivi (follow through) est indispensable après un bon lâcher. Nous avons vérifié la vitesse initiale des balles pour tenter de comprendre; Pour simplifier l'analyse des résultats, disons que cette V° est d'environ 10 m/sec  plus faible qu'avec un Pardini ou un FAS. (267 m/sec contre 276 m/sec avec des Fiocchi M300. Attention donc aux nouvelles cartouches spéciale "Rapid Fire" telles les RWS SP250 car elles partent parfois à 246 m/sec... ce qui n'est pas admis par le règlement ISSF! En conclusion, nous pensons qu'il y a ouverture un peu prématurée de la culasse, ce qui ralentit la balle et augmente le temps de canon. Par contre, en tir rapide (Standard et Vitesse), la douceur et le faible cabrage du TESRO sont très agréables. Le concepteur s'est sans doute basé sur les cartouches allemandes, des RWS Pistol Match probablement, qui donnent alors toute ses qualités au TESRO.

 

Caractéristiques

Poids total : 1043-1188 gr.

Longueur : 298 mm

Largeur : 50 mm

Hauteur : 138 mm

Longueur du canon : 113 mm

Longueur de la ligne de mire : 220 mm

Calibre : .22 LR

Guidon : 3,6/4

Cran de mire : 3,8/4,2

Poids de détente : 1000 gr.

Capacité chargeur : 5

Crosse réglable noyer/lamellé

Valeur d'un clic à 25m : 6 mm


Règles de sécurité avant toute manipulation

Ne vous fiez pas à votre mémoire pour considérer si l’arme est chargée ou non.

Il faut donc vérifier, votre arme étant considérée comme chargée.

 

  • Saisissez l’arme sans mettre le doigt sur la queue de détente et dirigez le canon vers une zone sans danger.
    La direction du canon ne doit plus être modifiée pendant toute la manutention, quitte à déplacer votre corps d’un côté ou de l’autre de l'arme.
  • Enlevez le chargeur.
  • Tirez la glissière en arrière pour la bloquer en relevant manuellement l’arrêtoir de glissière.
  • Vérifiez que la chambre soit bien vide.
  • Posez l’arme en gardant le canon dirigé dans une zone sans danger.
  • Videz le chargeur.

Extrait du manuel d'origine

Seul les données à caractère technique sont retranscrit. Pour la sécurité et l'usage courant reportez-vous au manuel d'origine.
Cliquez sur ce lien pour consulter le manuel d'origine.

 

Particularités

Le pistolet de sport TESRO a été développé pour atteindre les exigences nouvellement définies portées à un pistolet de sport moderne et pour dépasser ces mêmes exigences. Le design ultra-moderne et la possibilité d’échanger des pièces et des modules ne font pas que réduire les coûts de mise en place du système, mais ont aussi pour conséquence une minimisation des frais d’exploitation. D’autres avantages de la modularité du système des pistolets de sport TESRO résident dans l’interchangeabilité illimitée des pièces et des modules. L’exploitation et l’utilisation systématiques de matériaux HQ choisis assurent une longue durée de vie sans perte de sécurité, de précision ni de qualité Construction à châssis d’aluminium. Pièce de crosse boîtier de culasse support de canon boîtier de détente support de l’unité de visée sont réalisés en un aluminium spécial à haute résistance. Toutes les pièces principales sont fraisées dans des blocs pleins. Le même coefficient de dilatation des pièces importantes du système empêche des tensions dans le système. Par des systèmes d’amortissement spéciaux pour la pièce de culasse et pour le système, on atteint une stabilisation optimale de l’arme lors du tir. Surfaces du boîtier de culasse, du support de canon et de la pièce de crosse extrêmement résistantes à l’usure. (Dureté de surface supérieure à 70 HRC, obtenue par oxydation anodique dure). La crosse profilée pivotante permet au tireur d’orienter sa main avec l’arme de façon optimale par rapport à l’unité de visée et sur la cible. Détente de compétition facilement interchangeable avec toutes les possibilités de réglage nécessaires. Les réglages importants sont possibles sans démontage dans le système complet. Canon spécial collé sans tension. 

 

Caractéristiques  techniques

Poids total : 1043-1188 gr.

Longueur : 298 mm

Largeur : 50 mm

Hauteur : 138 mm

Longueur du canon : 113 mm

Longueur de la ligne de mire : 220 mm

Calibre : .22 LR

Guidon : 3,6/4

Cran de mire : 3,8/4,2

Poids de détente : 1000 gr.

Capacité chargeur : 5

Crosse réglable noyer/lamellé

Valeur d'un clic à 25 m : 6 mm

 

Pièces principales

 

 

1

Carcasse

2

Boîtier de culasse

3

Canon

4

Culasse

5

Système de détente

6

Hausse réglable

7

Crosse réglable

8

Ressort de verrouillage

9

Guidon

10

Vis d'assemblage

11

Rondelle conique de vis d'assemblage

12

Vis de crosse de vis de crosse

13

Rondelle élastique 

14

Vis d'assemblage de détente

15

Rondelle

 


Désassemblage et assemblage du pistolet 

Désassemblage du pistolet : 

  1. Dévisser la vis d'assemblage (10) avec un tournevis de 4 mm.
  2. On peut sortir le canon (3), la culasse (4), les ressort récupérateur (8) en direction X.
  3. Pousser le boîtier de culasse (2) d’environ 3 mm dans la direction X et le sortir dans la direction Y.
  4. Dévisser la vis de crosse (12) avec un tournevis de 4 mm.
  5. Retirer la crosse réglable (7) dans la direction Z.
  6. Dévisser les vis d'assemblage de détente (14) avec un tournevis de 2 mm.
  7. Le mécanisme de détente (5) peut être retiré dans la direction Y. 
  8. L’arme est désassemblée dans tous ses composants principaux.

Assemblage du pistolet :
L’assemblage du pistolet s’effectue dans l’ordre inverse.

 

Attention!

Lors de la pose du ressort de verrouillage et de la pièce de culasse, veillez à leur mobilité.
Avec la vis d'assemblage, il est indispensable de monter la rondelle conique dans la position correcte.
Avec la vis de crosse, monter la rondelle élastique dans la position correcte. 


Culasse

Démontage du percuteur (C) 

Chasser le clou cannelé (G) de bas en haut (Ø 2mm) ; on peut retirer le percuteur (C) et le ressort (B).
Démontage de l'extracteur(D) 

Chasser la goupille cannelé (F) de bas en haut (Ø 2mm) ; on peut retirer l'éjecteur (D) et le ressort (E).

L’assemblage s’effectue dans l’ordre inverse. 

Attention!
Veillez à la bonne position du percuteur et à la mobilité des pièces.


Chargement / Déchargement

Chargement de l’arme

Tirer la culasse (A) jusqu’ en butée arrière et pousser l’arrêtoir de culasse (C) vers le haut pour la maintenir. Relâcher la culasse. Relâcher l’arrêtoir de culasse. La culasse est maintenue en position arrière. Vérifier si la chambre est dégagée. Introduire le chargeur (B) dans l’arme. Tirer la culasse (A) en arrière jusqu’ en butée et la relâcher. De la sorte, la 1ère cartouche est introduite la chambre.

Déchargement de l’arme

Tirer la culasse (A) jusqu’ en butée arrière et pousser l’arrêtoir de culasse (C) vers le haut pour la maintenir. Relâcher la culasse. Relâcher l’arrêtoir de culasse. La culasse est maintenue en position arrière. Retirer le chargeur en appuyant sur l’arrêtoir de chargeur (D). Contrôler la chambre.


Réglage de la crosse

Une position correcte de la main sur l’arme pendant le tir est une condition importante de succès. L’appui paume peut être adapté à la taille de la main par décalage vers le haut ou vers le bas. Pour cela, desserrer la vis (A), modifier l’appui paume, resserrer la vis (A). La crosse de forme anatomique peut être pivoté en plus de 3° à gauche ou à droite. Ainsi, il est possible d’adapter la crosse à chaque position de la main et à la direction de visée, et cela permet de façon simple une position de la main détendue et naturelle. Pour cela desserrer la vis (B) (1 tour), pivoter la crosse, resserrer la vis (B).

 


Mécanisme de détente / Réglage de la détente

Départ usine, la détente est réglée de telle sorte qu’un fonctionnement uniforme de la détente est donné à poids total de détente constant. Des adaptations individuelles de la détente sont possibles et seront décrites ci-après.
La détente peut être réglée à l’état posé ou déposé.
Attention! Le poids total de détente se compose de la force de traction de garde plus la force du point de pression. 

  • A: Poids de la 1° phase.
    Tourner vers la gauche pour diminuer la force et vers la droite pour l’augmenter.
  • B: Engagement de la gâchette.
    Tourner vers la gauche pour augmenter la distance et vers la droite pour la diminuer
  • C: Triggerstop (Course libre après décrochage).
    Tourner vers la droite pour diminuer la distance. Tourner vers la gauche pour l’augmenter.
  • D: Vis de blocage de la queue de détente
  • E: Position de la queue de détente.
    Elle est réglable longitudinalement et peut pivoter.
  • F/K: Jeu de la barrette de séparation.
    Une rotation de la vis F à droite diminue, une rotation à gauche augmente le jeu (min. 0,05mm). 
  • G: Longueur du point dur.
    Le pistolet étant armé, tourner lentement la vis vers la droite jusqu'à ce que le coup parte.
    Ensuite, tourner la vis dans le sens inverse de ¼ à ⅛ tour environ.
  • H: Force du point dur.
    Tourner vers la gauche pour diminuer la force et vers la droite pour l’augmenter.
  • J: Tige de la queue de détente
  • L: Chien
  • M: Gâchette

Attention! Les vis B et F sont interdépendantes (jeu min. 0,05mm), et doivent donc toujours être réglées dans l’ordre.


Réglages de base de la détente

  • Tourner les vis A / C / F / H dans le sens inverse des aiguilles d'une montre jusqu'à ce qu'elles affleurent avec le boîtier.
  • Tourner la vis G dans le sens des aiguilles d'une montre jusqu'à la butée.
  • Tourner la vis B de 2 tours dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.
  • Armer le chien L (répéter pour tous les réglages suivants).
  • Tourner lentement la vis B (Engagement de la gâchette) vers la droite jusqu’à libérer le chien.
    Ensuite, tourner la vis en sens inverse de 2½ tours vers la gauche.
  • Tourner la vis A (force de garde) vers la droite jusqu’à ce que le chien soit tenu par un poids de contrôle de 500 g (pour 1000 g de poids de détente total). Pour cela, suspendre le poids de contrôle au point X sur la queue de détente.
  • Tourner la vis F (tige de détente) vers la droite ou vers la gauche jusqu’à ce que le jeu entre la gâchette L et la barette de séparation K soit d’environ 0,05-0,2 mm. Ce faisant, il faut armer le chien plusieurs fois.
  •  Tourner la vis G (longueur du point dur) vers la droite jusqu'à supprimer le point dur puis la tourner vers la gauche d ¼ de tour en sens inverse.
  • Tourner la vis H (force de point dur) vers la droite jusqu’a l'obtention de l’ensemble du poids de détente.
    Accrocher le poids de contrôle de 1000 g au point X pour mettre au point.
  • Tourner lentement la vis C (Triggerstop) vers la droite, jusqu’à ce que la détente de déclenche plus.
    Ensuite, la dévisser d ½ tour vers la gauche.

Visée

 

  • Correction latérale
    Tourner vers la droite R pour corriger une déviation vers la droite. Tourner vers la gauche déviation vers la gauche L pour corriger une déviation vers la gauche. 1 cran = 6 mm B
  • Correction verticale
    Tourner vers la droite si le cas de tir est trop haut T et vers. H la gauche s il est trop bas 1 cran = 6 mm 

 


Système de visée

 

 

  • Remplacement du guidon tournant/élévateur :
    Desserrer la vis (A) avec le tournevis de 2 mm.
    Retirer le guidon (B).
    Mettre en place le nouveau guidon et revisser la vis (A). 
  • Réglage du guidon tournant :
    Avec le tournevis de 2 mm, on peut tourner le guidon tournant par crans de 90 (X) à gauche ou à droite. 
  • Réglage du guidon élévateur :
    Avec le tournevis de 2 mm, on peut tourner le guidon élévateur par crans de 180 (X) à gauche ou à droite.
  • Remplacement du cran de mire :
    Dévisser la vis (C) avec le tournevis de 2 mm.
    Remplacer le cran de mire ; revisser la vis.

 

 Octobre/2018