• ACP (Automatic Colt Pistol)
    Acronyme donné par John Browning à sa gamme de munitions.
  • Amélioré (Improved)
    Terme désignant une cartouche modifiée par tir réduit ou non pour généralement augmenter son volume intérieur et donc sa puissance.
amorce boxer berdan
  • Amorce (Primer)
    Capsule contenant la solution d'amorçage.
    Il existe deux types d’amorçage :
    1. Cartouches à percussion annulaire (22 long rifle).Il n’y a pas de capsule d’amorçage. L’explosif est réparti dans le bourrelet de l’étui et va s’enflammer dès que le percuteur va venir taper l’extérieur du culot de l’étui.
    2. Cartouches à percussion centrale

L’amorce contient l’explosif qui va s’enflammer dès la compression entre le percuteur et l’enclume. Il existe deux types d’enclume :

- Sur les anciennes cartouches de type Berdan : Elle ne fait pas partie de l’amorce, mais de l’étui, ce qui empêche l’extraction de l’amorce avec l’outil classique puisque les deux trous évents sont excentrés.

- Pour le type Boxer (cartouches modernes): Cette fois elle est intégrée dans la capsule et le rechargement est facilité car le trou évent est placé au centre, ce qui permet le passage de l’aiguille de désamorçage.

  • Amorce au mercure (Mercuric primer)
    Le fulminate de mercure était employé comme matière amorçante dans les premiers âges des armes à percussion, périmé depuis l'avènement des cartouches métalliques pour cause de corrosion rapide des canons mais aussi par suite de l'action destructrice du mercure sur le laiton des douilles qui rendait le rechargement impossible.
  • Amorce extrudée (Extruded primer)
    Extrusion importante du métal de l'amorce autour de l'indentation du percuteur (cratérisation).
  • Amorce percée (Pierced primer)
    Pour un certain nombre de raisons (ex : surpression) une amorce peut être percée avec retour des gaz vers l'arrière.
  • Amorce sertie (Crimped Primer)
    Les amorces pour cartouches de type militaire comportent un sertissage soit circulaire, soit en points multiples, destinés à les maintenir fermement lors du tir mais aussi pour obtenir une étanchéité parfaite; certaines sont enduites d'un vernis coloré aidant à l'identification. Voir « Poinçon pour poche d’amorce ».
  • Arme automatique (machine gun)
    Se dit normalement d’une arme sur laquelle la pression du doigt sur la détente tire une rafale (exemple: Pistolet mitrailleur, pistolet Berretta 93-R, pistolet Glock 18).
    Désigne improprement une arme semi-automatique dans le langage courant.
  • Arme de poing (handgun)
    Arme dépourvue de crosse ou d’affût, qui s’utilise à une ou deux mains.
  • Arme semi-automatique (Semi-automatic firearm)
    Après chaque coup tiré, elle se recharge automatiquement, mais ne peut tirer qu’un seul coup à chaque action du doigt. (Pistolet Colt 45 par ex.)
  • Arme à levier de sous-garde (lever action)
    Principe de fonctionnement de certaines armes (d'épaule principalement) comportant un magasin amovible ou intégré. Le tireur devant manœuvrer la culasse entre chaque coup pour chambrer une cartouche puis éjecter l'étui. voir "Winshester".
  • Arme à répétition (repeating firearm)
    Arme qui est rechargée par introduction dans le canon d’une cartouche prélevée dans un magasin ou chargeur.
  • Arme à verrou (bolt action)
    Arme équipée d’un levier latéral que l’on actionne vers le haut et vers l’arrière pour ouvrir la culasse et extraire la munition tirée, vers l’avant et vers le bas pour chambrer une nouvelle munition et armer le chien. Peut être équipée d’un magasin.
  • Balle (Bullet)
    Projectile dans une cartouche. Ce terme est souvent employé à tort pour désigner une cartouche complète.
  • Balle à blanc (blank cartridge)
    Munition chargée de poudre mais sans projectile.
    Utilisée par exemple lors des cérémonies militaires, ou pour les départs en athlétisme.
  • Balle à tête creuse (hollow point)
    Balle dont la pointe est évidée, facilitant ainsi sa déformation à l’impact.
    Interdites par la convention de Genève mais autorisées à la chasse.
  • Balle à tête plate (Wadcutter)
    Projectile cylindrique à bord est tranchant, ce qui permet d’avoir des impacts bien circulaires dans la cible, plus faciles à jauger. Le terme anglais est adopté par tous.
  • Balle blindée (armor piercing)
    Projectile entièrement en métal dur (bronze), pas simplement chemisé.
  • Balle chemisée (full métal jacket)
    Projectile en plomb recouvert totalement d’une couche de cuivre.
    Elle couramment appelée FMJ.
  • Balle coulée (cast bullet)
    Balle formée en coulant un alliage de plomb fondu dans un moule.
    Mise à part les économies substantielles réalisées en coulant ses balles, la possibilité de pouvoir calibrer lui permet une adaptation parfaite au canon de votre arme, les balles du commerce offrant un choix très restreint de calibre.
    Les balles sphérique pour les armes à poudre noire doivent être coulée avec du plomb pur pour faciliter l’introduction de la balle dans le canon ou le barillet.
    Pour les cartouches modernes, suivant la vitesse de votre projectile, il va falloir utiliser un alliage plus dur pour ne pas emplomber.
    La dureté du plomb est de 5 BHN (Brinell).En ajoutant 5% d’étain la dureté est doublée, ce qui est largement suffisant pour le tir à la cible (inférieur à 300m/s). Si vous voulez des projectiles plus rapides (450m/s par ex.) il faut ajouter 5% d’antimoine. Si vous voulez aller encore plus haut (700m/s), il faudra un alliage identique au « linotype » (84% de plomb 12% d’antimoine et 4% d’étain). Malheureusement c’est un produit difficile à trouver car l’imprimerie ne l’utilise plus depuis bien longtemps. Si vous ne trouvez pas de « linotype », mais que vous vouliez quand même faire votre alliage en réunissant les constituants séparément, je vous souhaite bon courage car l’antimoine fond à 630° (plomb 327°, étain 232°).Vous aurez la surprise, si vous n’avez pas un four assez puissant de voir flotter l’antimoine sur le plomb.
  • Balle demi-wadcutter (semi-wadcutter)
    Projectile dont le bord est comme celui d’une balle à tête plate (wadcutter), c’est-à-dire tranchant, mais conservant tout de même une forme ogivale. Permet d’avoir des impacts bien circulaires dans la cible.
  • Balle dum-dum
    Nom d’un arsenal indien du temps de la colonisation britannique où l’on fendait la pointe des balles pour les rendre plus meurtrières.
  • Balle expansive (Expanding bullet)
    Projectile spécialement façonné, pour s'épandre ou champignonner à l'impact (pointe creuse par ex.). Interdites par la convention de Genève. Utilisées à la chasse.
  • Balle explosive (explosive bullet)
    Une munition avec projectile contenant une charge explosant lors de l'impact.
  • Balle forcée (bullet swaging)
    Projectile en plomb que l’on pousse dans un canon à l’aide d’une tige afin de mesurer le diamètre exact de l’âme du canon.
  • Balle perforante (piercing bullet)
    Projectile à noyau dur (acier, tungstène) à grand pouvoir de perforation.
  • Balle semi blindée (Half jacket)
    Projectile estampé, possédant une jaquette, couvrant seulement la partie arrière de sa surface en contact avec les rayures.
  • Balle traçante (tracer bullet)
    Projectile qui contient un composé inflammable dans le culot, ce qui permet d’en observer la trajectoire.
  • Balistique (Ballistics)
    Science des projectiles en mouvement. Se divise en trois segments :
    • La balistique intérieure couvrant le temps compris entre la percussion de l'amorce et la sortie du projectile du canon.
    • La balistique extérieure soit le temps et la trajectoire du projectile de la sortie du canon jusqu'à l'impact.
    • La balistique terminale, couvrant la pénétration du projectile dans la cible jusqu'à son arrêt.
bourre
  • Bourre (wad)
    Pour le tir aux armes à poudre noire. Dispositif de calage, généralement d'origine végétale, destiné à combler le vide entre la poudre et le projectile. Elle est souvent accompagnée d’un calepin, qui assure une fonction complémentaire pour le tir. Le rôle de la bourre est aussi de nettoyer la lumière à chaque tir et d’assurer une poussée uniforme sur la base du projectile.
    Certains utilisent aussi de la semoule fine.
  • Brisance
    Rapidité de l'explosion d'un explosif donné.
  • Calepin
    Partie de la cartouche qui était utilisée dans les armes à chargement par la bouche. Constitué principalement de papier. Il contient la charge de poudre et le projectile. Lorsque le tireur arrache avec ses dents le culot de la cartouche, il vide la charge de poudre dans le canon puis y glisse le reste de la cartouche, donc le calepin et le projectile. Il tasse ensuite le tout avec la baguette.
    Désormais pour les disciplines «Armes anciennes» avec les armes à canon lisse, c’est une rondelle en feutre que l’on place autour du projectile permettant de la maintenir dans le canon.
  • Calibre (caliber)
    Il s’agit du diamètre du canon. Mais c’est aussi le nom qui désigne une cartouche.
    Malheureusement, dans la mesure où aucune règle n’a été établie, c’est un méli-mélo incroyable. Il est impossible pour un novice de savoir à quoi il a affaire. Le diamètre est exprimé dans de multiples unités, et qui ne correspondent d’ailleurs pas forcément au diamètre réel.
    Le deuxième chiffre peut correspondre à la charge de poudre, la longueur de l'étui, l'année d'adoption, la munition d'origine, la vitesse.
    Pour le texte, il ne s’agit pas seulement du nom du fabriquant, mais de termes plus ou moins pompeux comme « spécial, magnum, supermags, etc. »
    Pour ajouter à la confusion, en argot, calibre signifie arme de poing.
  • Carabine (carbine)
    Type d'arme d'épaule de longueur intermédiaire entre le fusil d'infanterie et le mousqueton. En général les carabines étaient destinées à l'usage de la cavalerie.
    Ce terme est également employé pour les armes de tir à 10m, 50m.
  • Cartouche (Cartridge)
    Munition complète comprenant une douille, une amorce et une charge de poudre, avec ou sans projectile. Souvent appelée à tort « balle » dans le langage populaire.
    Elle peut être de 3 types
    • Cartouches non métalliques :
      A amorçage séparé (en papier ou en carton).C'est ce type de cartouches qui étaient utilisées dans les armes à chargement par la bouche, que ce soit des armes à silex ou à percussion. L'enveloppe en papier contient la charge de poudre et le projectile, le tireur arrache avec ses dents le culot de la cartouche, il vide la charge de poudre dans le canon puis y glisse le reste de la cartouche. Il tasse ensuite le tout avec la baguette. L'inflammation de la charge se fera par le biais de la lumière du canon, qui canalisera la flamme provenant de la poudre du bassinet (enflammé par le choc du silex sur la batterie) ou de la composition fulminante de la capsule (enflammé par le choc du chien sur la cheminée).
      Exemple: cartouche combustible du type utilisé sous l'Empire.
    • Cartouche à amorçage intégré :
      En papier ou en carton, c'est ce type de cartouches qui étaient utilisées dans les premières armes à chargement par la culasse comme le Chassepot. L'enveloppe en carton contient la charge de poudre et le projectile, mais également l'amorce. Le percuteur vient frapper cette amorce, ce qui provoque l'inflammation de la charge de poudre, l'étui en carton est détruit lors du tir.
    • Cartouches métalliques :
      Ensemble réunissant en une seule entité le projectile, la charge propulsive et l'amorce montés sur un étui.
  • Cartouche OTAN (Organisation du traité Atlantique Nord)
    Appellation commune des munitions d’armes légères de l’OTAN, indiquant qu’une munition particulière a été fabriquée selon les normes établies dans un accord de normalisation OTAN.
    (par ex. : 9 mm, 7,62 mm ou 5,56 mm OTAN).
  • Cartouche à broche (Spindle cartridge)
    Type de cartouche à percussion latérale inventée en 1836 par Casimir Lefaucheux.
    La base de l’étui inclut l’amorce. Le fulminate de mercure dans celle-ci est mis à feu par une courte tige de métal, la broche, saillant à l'angle droit, assez longue pour sortir du canon ou barillet.
  • Cartouche non commercialisée (Wildcat)
    Création personnelle d'une cartouche n'existant pas encore officiellement. Il arrive que certaines de ces cartouches soient reprises par des manufactures. La plus célèbre étant le 357 magnum.
  • Catégories des armes
    Les armes sont classées en 4 catégories en fonction de leur dangerosité.
    La dangerosité d'une arme à feu s'apprécie en fonction des modalités de répétition du tir et du nombre de coups tirés.
    À chaque catégorie correspond un régime administratif d'acquisition et de détention.
    • Arme de catégorie A : Détention interdite sauf autorisation particulière.
    • Arme de catégorie B ; (Ancienne 1 et 4) Soumise à autorisation.
    • Arme de catégorie C : Soumise à déclaration.
    • Arme de catégorie D : En vente libre ou soumise à enregistrement.
  • Champignon
    Projectile déformé à l’impact et ayant la forme d’un champignon.
  • Chevrotine (buckshot)
    Munition composée de projectiles multiples. Les fusils de chasse à âme lisse l'utilisent pour augmenter la probabilité de toucher une petite cible en mouvement.
    Le terme de chevrotine désigne uniquement les cartouches comprenant moins de 21 balles (En calibre 12) organisées par lits de trois, quatre ou sept balles.
    Le diamètre de ce type de projectile varie de 5,65 à 8,65 mm
  • Coefficient balistique (Ballistic coefficient)
    Rapport de la densité sectionnelle d'un projectile avec son coefficient de forme.
    Représente la capacité d'un projectile à surmonter la résistance de l'air durant son vol.
  • C.I.P.
    Commission internationale permanente pour l'épreuve des armes à feu portatives.
  • Coefficient balistique (Ballistic Coefficient)
    Rapport de la densité sectionnelle d'un projectile avec son coefficient de forme. Représente la capacité d'un projectile à surmonter la résistance de l'air durant son vol.
  • Cordite (Cordite)
    Poudre anglaise obsolète, en longs tubes minces.
  • Drilling
    Fusil de chasse à 3 canons. Les 2 canons supérieurs sont lisses et le 3° rayé.
  • Fusil (shotgun)
    Ce terme est employé pour les armes de chasse, ou en tir sportif aux plateaux.
  • Fusil à pompe (Pump action)
    C’est un fusil dans lequel la poignée peut être pompée d'avant en arrière pour éjecter les munitions tirées et en chambrer une nouvelle cartouche.
  • Fusil d'assaut (assaut rifle)
    Arme d'épaule militaire capable de tirer en rafales.
    Fusil semi-automatique (Semi-automatic rifle)
    Arme individuelle d'épaule dont le mode de fonctionnement est le coup par coup,avec rechargement automatique.
  • Granulation (Granulation)
    Référence au type et dimension d'un granulé de poudre, s'applique à la poudre vive et à la poudre noire.
  • Gros calibre (big bore)
    Traditionnellement, un calibre supérieur à 7,62 mm (30).
    Ancien terme pour désigner la discipline "Pistolet sport". 
  • Hammerless
    Arme à feu dont le ou les chiens ne sont pas apparents.
  • Juxtaposé (double barrel side-by-side)
    Arme à deux canons lisses disposés verticalement.
  • Magnum
    Une arme ou une munition plus puissante que les normes du calibre repris en référence.
    Exemple: le 44 Magnum est plus puissant que le 44 Smith & Wesson.
  • Matricule (Registration number)
    Numéro d'identité attribué à vie pour une arme.
  • Méplat (Meplat)
    Diamètre du nez de la pointe sur un projectile.
  • Munition
    Ce qui est nécessaire à l'approvisionnement des armes à feu.
    (Cartouches, projectiles, charges de poudre, amorces, etc.)
  • Munition rechargée (reload)
    Munition composée d'un étui ayant déjà tiré, d'une amorce, d'une charge de poudre et d'un nouveau projectile.
  • Nez Rond (Round Nose)
    Projectile à bout avant arrondi, le plus souvent avec le noyau en plomb apparent.
  • Noyau (Core)
    Partie centrale d'un projectile blindé. Voir « balle perforante ».
  • Ogive (Bullet)
    Terme à mon avis impropre pour désigner le projectile d'une cartouche. Cela provient sans doute du fait que les balles ont souvent la forme d'ogive, mais ce terme est tellement employé, alors peu importe.
  • Opercule (Gas Chec)
    Coupelle de cuivre ou laiton adaptable à la base d'une balle de plomb et destiné à le protéger des gaz brûlants à haute pression résultant de la combustion de poudre.
  • Pistolet (pistol)
    Arme de poing dont la chambre est intégrée au canon ou en permanence alignée avec lui. Plus simplement : Toutes les armes de poing sont des pistolets, les autres avec un barillet sont des revolvers.
  • Pistolet automatique (PA) (automatic pistol)
    Le terme est impropre car il fonctionne réellement en semi-automatique. Par convention le terme a été adopté. Certains pistolets peuvent toutefois tirer en rafale (C96 Schnellfeuer, HK VP 70, Beretta 93 R) ce sont donc de "vrais" PA.
  • Pistolet mitrailleur (PM) (sub-machine gun)
    Arme de poing tirant généralement en automatique mais pouvant parfois tirer au coup par coup.
    Les PM utilisent souvent les cartouches des "PA" afin de faciliter la logistique.
  • Plateau (clay)
    Cible en matériau frangible qui est tiré au ball-trap. Synonyme de pigeon d’argile.
  • Plombs de chasse (birdshot)
    Petites billes de plomb d'une cartouche de chasse dont le diamètre est indiqué par un numéro.
  • Poche d'amorce
    Voir (Logement d’amorce).
  • Pointe creuse (Hollow point)
    Balle expansive dont la forme permet de diminuer la pénétration à l'impact et d’augmenter le diamètre du champignon pour avoir les effets que je vous laisse imaginer.
  • Pointe douce (Soft point)
    Projectile généralement à tête plate ou arrondie et laissant apparaître le plomb du noyau, pour permettre l'expansion lors de l'atteinte du gibier, prohibé pour utilisation militaire par les conventions internationales.
  • Projectile
    De nos jours, il existe un très grand nombre de formes de projectiles et de type / composition de chemisage.
    Les projectiles peuvent être classés dans les deux catégories suivantes :
    1. Les projectiles homogènes (une seule matière ex. plomb nu)
    2. Les projectiles chemisés (ex. noyau en plomb avec chemisage)
      Les plus courants :
    • LRN (Lead Round Nose)
      balle de plomb simple non chemisée dont l’extrémité arrondie permet une meilleure pénétration dans l'air.
    • FMJ : (Full Metal Jacket)
      Balle entièrement chemisée, recouverte d'un revêtement de métal dur.
      Ce type de balle est peu déformable.
    • FMC (Full Metal Case)
      Balle à tête plate utilisée plus pour le tir en stand que pour la chasse.
    • JSP (Jacketed Soft Point)
      Balle chemisée à tête molle. La balle est entourée d'une couche de métal dur sauf la tête destinée à l’expansion.
    • JHP (Jacketed Hollow Point)
      Balle chemisée à tête creuse, la balle est recouverte d'un revêtement de métal difficile à déformer sauf pour la tête qui comprend une dépression en son centre pour permettre une meilleure expansion.
    • SJESC (Semi Jacketed Exposed Steel Core)
      Noyau en acier semi-chemisé. Balle développée autour d'un noyau dur perforant conçu pour passer les gilets pare-balles.
    • LSW (Lead Semi-Wadcutter)
      Balle en plomb à tête tronconique. La tête de la balle est en forme d’ogive plate, présentant des qualités balistiques améliorées par rapport à une balle à la tête totalement plate.
  • Queue de bateau (Boat tail)
    Balle chemisée dont l'arrière fuyant à la forme de la poupe d'un bateau.
  • Retardateur (Deterrent coating)
    Couche de produit appliqué lors de la finition des poudres et destiné à modifié les caractéristiques de combustion.
  • Revolver (revolver)
    De l'anglais to revolve, signifiant faire tourner. C'est une arme de poing dans laquelle les cartouches sont stockées dans un cylindre rotatif (barillet) percé de plusieurs chambres s'alignant successivement avec le canon.
    Ce n'est donc pas un pistolet comme on l'entend trop souvent.
  • Superposé (over and under)
    Arme dont les deux canons sont disposés l’un au-dessus de l’autre.
  • Surface de glissement (Bearing Surface)
    Portion cylindrique du projectile en contact avec la paroi intérieure du canon lors du tir.