Les opérations du rechargement

Opérations à effectuer de préférence dans l’ordre :
J’ai volontairement omis le graissage des étuis. Il existe désormais pour la majorité les douilles, des outils avec une bague en tungstène ou autre qui permet d’annuler cette tâche tout en rendant le recalibrage beaucoup plus facile. Vu la faible différence de prix, il serait dommage de s’en passer.
Je mets en italique et en bleu les opérations qui ne sont pas indispensables, du moins à chaque fois.

1.       Recalibrage externe de l’étui et désamorçage à l’aide du premier outil.
Cette action peut être placé en sixième place si vous ne rectifiez pas la longueur des étuis, si vous ne nettoyez pas le puits d’amorçage et n’utilisé pas de liquide pour nettoyer vos étuis.

2.       Rectification de la longueur du collet.
A l’aide du tour à étuis (case trimer). Surtout pour les étuis à gorge, dont la longueur doit être scrupuleusement respectée (Voir feuillure).
Les étuis doivent être désamorcés.

3.       Ebavurage du collet, après l’opération précédente.

4.       Nettoyage des étuis.
Opération pratiquement indispensables car la combustion de la poudre a laissée des traces, si vous ne les enlevez pas, elles vont être imprimées sur l’étui lors du recalibrage externe. Personnellement, pour de vieux étuis réservés à l’entrainement, je néglige cette opération.
Il existe plusieurs solutions :

·       Par trempage avec des dissolvants appropriés. (Etuis désamorcés)

·       A l’aide d’un bac à ultra-sons, toujours avec des dissolvants appropriés. (Etuis désamorcés)

·       A l’aide d’un vibrateur.
A utiliser avec des granulés secs (genre de liège en fines particules).
Ne désamorcé pas les étuis sinon il vous faudra douille par douille retirer les particules coincées dans le puits d’amorçage.

5.       Nettoyage du puits d’amorçage avec l’outil approprié.
Même remarque que pour le nettoyage des étuis, surtout qu’il reste à prouver que le peu de résidus qui reste gênent en quoi que ce soit déflagration de l’amorce.

6.       Recalibrage externe de l’étui et désamorçage avec l’outil N°1.

7.       Amorçage.

8.       Evasement de l’étui pour pouvoir présenter une balle sur le collet avec l’outil N°2.

9.       Mise en place de la poudre.

10.   Présentation de la balle sur le collet.

11.   Enfoncement de la balle et soit :

a)      Redressement de l’évasement (pour la majorité des cas).

b)      Sertissage rond simultané pour les outils standards.

c)       Laisser le collet avec son évasement avant de passer au sertissage conique.

12.   Restitution des cotes d’usine soit :

a)      Uniquement sur le collet avec le sertissage conique (taper crimp).

b)      Sur toute la cartouche (Factory crimp).

Réservé aux tireurs très exigeants (ils ont bien raison) : en remplacement de l’opération 11 b).

Au boulot et bon tir.